Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier soir je me suis couchée très tard car j'ai regardé un super film... en 2 ème partie de soirée.

"AGORA"  un film hispano-maltais réalisé par Alejandro Amenábar et sorti en 2009.
Un péplum "philosophique", "intellectuel".....

Agora propose une réflexion sur la liberté de pensée et les dérives du fanatisme religieux. 

Le film a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2009, et est sorti en Espagne le 9 octobre 2009.
Agora a reçu sept prix Goya en Espagne, dont le prix Goya du meilleur scénario original. Il a également été récompensé au Festival international du film des Hamptons.

Il a pour pour décor l'Alexandrie de l'époque romaine, à une époque troublée où il ne faisait pas bon être un intellectuel. Et encore moins si l'on était une femme...

Le scénario reprend des événements réels de la vie d'Hypatie d'Alexandrie, du préfet Oreste et du patriarche Cyrille, tout en relevant de la fiction historique."

Il a été tourné à Malte : Delimara, Fort Ricasoli de Kalkara, Marsaxlokk, Mdina et La Valette

Cet article est inspiré de diverses sources trouvées sur Internet et citées.

"Le scénario reprend des événements réels de la vie d'Hypatie d'Alexandrie, Hypatie d’Alexandrie (v. 370 – 415), mathématicienne et philosophe grecque, du préfet Oreste et du patriarche Cyrille, tout en relevant de la fiction historique.

Agora met en scène le dévouement total de la philosophe Hypatie (Rachel Weisz) à la quête du savoir, et le conflit intérieur de deux hommes de son entourage : son esclave Davus (Max Minghella) et son élève Oreste (Oscar Isaac). Chacun est acculé entre son amour pour cette femme considérée comme inaccessible et le fanatisme croissant de la société environnante."  Wikipédia

"AGORA" l'histoire d'Hypatie au 4 ème siècle
"AGORA" l'histoire d'Hypatie au 4 ème siècle

Le scénario :

IVème siècle après Jésus-Christ. L'Egypte est sous domination romaine. A une époque où le christianisme gagne en importance, Hypatie d'Alexandrie (Rachel Weisz) est une philosophe agnostique attachée au progrès du savoir. Fille de Théon (Michael Lonsdale), gardien de la Bibliothèque, elle dirige l'école platonicienne d'Alexandrie dans le Sérapéum qui la jouxte.

Elle enseigne les théories d'Euclide, et tente d'approfondir le modèle géocentrique de Ptolémée pour déterminer les lois exactes qui régissent l'univers.


Agora

L'esclave égyptien Davus (Max Minghella) est à son service et l'assiste dans ses cours. Secrètement amoureux d'Hypatie, Davus fabrique une maquette du système de Ptolémée pour l'impressionner. Mais sa condition d'esclave lui rend Hypatie inaccessible, et le rend sensible à l’influence du prêcheur chrétien Ammonius (Ashraf Barhom), suite à quoi il se convertit au christianisme.

Hypatie compte parmi ses élèves le païen Oreste (Oscar Isaac) et le chrétien Synésios (Rupert Evans), issus de familles aisées et promis à des postes élevés. Prétendant officiel d'Hypatie, Oreste lui déclare sa flamme en public, mais elle refuse d’être inféodée à un homme, préférant se consacrer à l’étude. Peu à peu, les chrétiens d'Alexandrie gagnent en puissance, et des escarmouches éclatent entre païens et chrétiens. Inquiète d'une montée aux extrêmes, Hypatie veut convaincre ses élèves que leur appartenance commune à la philosophie doit l'emporter sur le camp religieux auquel chacun appartient.

A Alexandrie la révolte des Chrétiens gronde.

Des années plus tard, le paganisme a été vaincu par les chrétiens, dont fait partie Davus, désormais homme libre. Oreste s'est converti et est devenu préfet d'Alexandrie. Hypatie, dont l'agnosticisme est toléré, poursuit ses travaux.

Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l'aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l'amour d'Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d'être affranchi s'il accepte de rejoindre les Chrétiens.

Les tensions naissent entre les chrétiens et la minorité juive, Hypatie demande alors protection à l'autorité impériale, représentée par Oreste. Bien qu'Oreste se soit converti au christianisme, l'enseignement qu'il a reçu d'Hypatie et son attachement pour elle le retiennent de cautionner l'intolérance contre les Juifs. Mais sa légitimité est fragile face à l'autorité religieuse incarnée par le patriarche Cyrille (Sami Samir) et face à Synésios devenu évêque, qui critiquent l'influence d'Hypatie sur lui…

Tandis qu'Hypatie s'apprête à faire une avancée majeure dans la compréhension du cosmos (en réhabilitant le modèle héliocentrique d'Aristarque et en ayant l'intuition de l'orbite elliptique des planètes), la situation politique prend un tour dramatique. 

La philosophe est arrêtée et Oreste, qui se refuse à la trahir mais ne peut politiquement s'opposer à son arrestation sans perdre le peu de légitimité qui lui reste, prend la fuite.

Dans le Sérapéum, Hypatie décide tacitement avec Davus que ce dernier lui donne une mort douce par étouffement, avant que la foule n'arrive pour lapider son corps.

La véritable histoire

"Hypathie d'Alexandrie est la première femme à avoir écrit sur les mathématiques dont le nom soit parvenu jusqu'à nous. Comme on sait très peu de choses sur sa vie, si ce n'est qu'elle est sans doute morte en martyr, de nombreux mythes sont apparus autour de son personnage et il est souvent bien difficile de démêler le vrai du faux.

Elle est la fille de Théon, philosophe et érudit grec, directeur du Musée d’Alexandrie, éditeur et commentateur de textes mathématiques. qui lui donne une éducation approfondie. Elle étudie les sciences, en particulier l’astronomie et les mathématiques. 

Elle a fait ses études de sciences, philosophie et éloquence à Athènes. 

Elle connait également l’astronomie et pratique la théurgie (forme de magie qui permettrait d’entrer en contact avec les dieux). 

Ses cours sont libres et l’assistance est libre. Elle donne sans doute également des séances privées.

On connaît peu de choses de sa vie et de son œuvre, si ce n’est quelques lettres et des écrits ultérieurs. Hypathie aurait enseigné la philosophie dans la lignée de l’école platonicienne et aurait commenté des ouvrages de mathématiques. 

Avec Théon, elle écrit une édition critique des Eléments d'Euclide qui s'imposera comme l'édition de référence jusqu'au XIXè siècle. Theon d’Alexandrie, est le dernier directeur de la Grande Bibliothèque. On pense qu'elle a aussi écrit des commentaires sur l'Arithmétique de Diophante, sur le traité des coniques d'Appolonius de Perga et sur Les Tables de Ptolémée, mais aucun de ces ouvrages n'est parvenu jusqu'à nous (c'est peut-être une conséquence de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie).

Sa notoriété semblait importante et peut-être cette renommée a-t-elle été mal vue par les autorités chrétiennes de l’époque. D’après des récits, notamment de Socrate le Scolastique (historien du christianisme, à cheval entre les quatrième et cinquième siècles après Jésus-Christ), elle fut massacrée en mars de l’année 415.  

Elle meurt lapidée par des moines chrétiens sur ordre de saint Cyrille, évêque d’Alexandrie, probablement à cause de son influence. Elle a 45 ans et ne s’est jamais mariée,  la légende la dit vierge.

A cause de l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie, aucun des travaux d’Hypathie ne nous est parvenu.

De nombreux ouvrages lui ont été consacrés et un film, Agora, a raconté son histoire, en 2009."

Biographie inspirée de :

-- http://www.bibmath.net/bios/index.php?action=affiche&quoi=hypathie

-- http://www.futura-sciences.com/magazines/mathematiques/infos/personnalites/d/mathematiques-hypathie-alexandrie-867/

 -- http://histoireparlesfemmes.wordpress.com/2012/10/29/hypathie/

"AGORA" l'histoire d'Hypatie au 4 ème siècle

Casting

Rachel Weisz (VF : Françoise Cadol) : Hypatie
Max Minghella (VF : Damien Ferrette) : Davus
Oscar Isaac (VF : Jean-Pierre Michael) : Oreste, préfet d’Alexandrie
Ashraf Barhom (VF : Yann Pichon) : Ammonius
Michael Lonsdale (VF : Michael Lonsdale) : Théon, père d’Hypatie, directeur du musée de la Bibliothèque d'Alexandrie
Rupert Evans (VF : Raphaël Anciaux) : Synesius, élève et ami d’Hypatie devenu évêque de Ptolémaïs en Cyrénaïque
Richard Durden (VF : Philippe Catoire) : Olympius
Sami Samir (VF : Boris Rehlinger) : Cyrille, patriarche d'Alexandrie, neveu et successeur de Théophile
Manuel Cauchi (VF : Marc Cassot) : Théophile, patriarche d’Alexandrie
Homayoun Ershadi (VF : Gabriel Le Doze) : Aspasius, le vieil esclave
Charles Thake (VF : Jean-Claude Sachot) : Hésychios le grammairien
Omar Mostafa (VF : Renaud Marx) : Isidorus
Oshri Cohen : Medorus, assistant chrétien de Théon
Harry Borg : le préfet Evagrius
Yousef « Joe » Sweid : Pierre, meneur chrétien fanatique

_________________________________________________________________________________

Extrait de Facebook, Hypathie d'Alexandrie, mathématicienne, philosophe :

"Philosophe intelligente et très instruite, elle dirige l'école neo-platonicienne d'Alexandrie au début du Vè siècle et donne de nombreux cours publics. Son succès, son sang froid, sa franchise déplaisent aux autorités chrétiennes. Elle est assassinée, découpée et brûlée lors de manifestations manigancées par le patriarche d'Alexandrie."

"Hypathie est la première martyre connue des sectes chrétiennes qui foisonnent au IV ème siècle de l'ère du même nom. A cette époque le pouvoir romain, désireux de devenir chrétien, en choisi une, avec l'aide d'un orateur africain ( un certain saint Augustin) lors d'un "concile" fameux. Laquelle allait devenir la "mère" de l'église chrétienne d'occident. Les autres sectes furent alors impitoyablement combattues. Les conditions dans lesquelles mourru Hypathie, par la barbarie qui les caractérise, augurent bien de la cruauté dont allaient faire preuve tout au long de son histoire l'Eglise chrétienne dans sa conquête du pouvoir."

Tag(s) : #MON CINEMA